Logo de l'E.N.T. Alsace
Thèses électroniques Service Commun de la documentation
Logo de l'Université de Strasbourg
Thèses et Mémoire de l'Université de Strasbourg

Le comportement de thermorégulation sociale : son importance pour l'économie d'énergie

GILBERT, Caroline (2006) Le comportement de thermorégulation sociale : son importance pour l'économie d'énergie. Thèses de doctorat, Université Louis Pasteur.

Plein texte disponible en tant que :

PDF - Un observateur de PDF est nécessaire, comme par exemple GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
3687 Kb

Résumé

La thermorégulation sociale est un comportement utilisé par de nombreuses espèces animales afin de réduire leurs dépenses énergétiques et de réallouer l’énergie économisée à d’autres fonctions vitales. Nous avons exploré les mécanismes physiologiques associés à ce comportement à travers deux modèles biologiques, faisant face à des compromis énergétiques différents : les manchots empereurs adultes en phase de reproduction et les lapins nouveaux-nés en phase de croissance. Les manchots empereurs possèdent un faible rapport surface / volume et sont très bien isolés. La thermorégulation sociale permet aux mâles jeûnant quatre mois au cours de l’hiver antarctique de réduire leurs dépenses énergétiques de 21 à 26%, tout en assurant l’incubation de leur œuf. Les « tortues » de manchots empereurs sont des groupes très hétérogènes, qui permettent aux individus d’être exposés de façon équitable à des températures presque tropicales. Le fait de former des groupes très denses leur permet d’entrer en dépression métabolique et de diminuer légèrement ou de maintenir constante leur température interne nécessaire à l’incubation, tout en économisant de l’énergie. En revanche, les lapins nouveaux-nés sont très peu isolés et possèdent un important rapport surface / volume. La thermorégulation sociale leur permet de réduire leur dépense énergétique de 40% lorsqu’ils ne sont pas émancipés thermiquement et de 32% lorsqu’ils le deviennent. L’énergie économisée est ainsi réallouée à l’accrétion de réserves lipidiques au cours de leur croissance. De plus, le regroupement au sein du nid leur assure le maintien d’une température interne plus élevée et accroît leur compétitivité lors de la tétée quotidienne. La mise en parallèle de ces deux modèles nous a permis de mettre en valeur toute la complexité de ce comportement adaptatif.

Type d'EPrint:Thèse de doctorat
Mots-clés libres:Thermorégulation sociale, manchot empereur, lapin nouveau-né, dépense énergétique, température interne, comportement.
Sujets:UNERA Classification UNERA > ACT Domaine d'activité UNERA > ACT-34 Autres
CL Classification > DDC Dewey Decimal Classification > 500 Sciences de la nature et mathématiques > 570 Sciences de la vie. Biologie. Biochimie > 578 Biologie des organismes vivants > 578.4 Adaptation
Classification Thèses Unistra > Santé > Sciences de la vie, biologie, biochimie > 570 Sciences de la vie. Biologie. Biochimie > 578 Biologie des organismes vivants > 578.4 Adaptation

UNERA Classification UNERA > DISC Discipline UNERA > DISC-16 Sciences de la vie et de la santé, psychologie
Code ID:1260
Déposé le :26 Mars 2007

Administrateurs de l'archive uniquement : éditer cet enregistrement