Logo de l'E.N.T. Alsace
Thèses électroniques Service Commun de la documentation
Logo de l'Université de Strasbourg
Thèses et Mémoire de l'Université de Strasbourg

Glia influence on synapse development in different brain regions

STEINMETZ, Céline Clémentine (2006) Glia influence on synapse development in different brain regions. Thèses de doctorat, Université Louis Pasteur.

Plein texte disponible en tant que :

PDF - Un observateur de PDF est nécessaire, comme par exemple GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
1850 Kb
HTML
2 Kb

Résumé

Il a été montré que des signaux provenant des cellules gliales, en particulier des astrocytes, contrôlent le développement des synapses de certains types neuronaux. Afin d’étudier si ce principe s’applique à d’autres types neuronaux du système nerveux central (SNC), nous avons développé une nouvelle méthode permettant l’isolation et la culture, dans un milieu bien defini, de neurones de cervelet et d’hippocampe et de cellules ganglionnaires de rétine (CGR) de souris au stade postnatal. Par électrophysiologie et immunocytochimie, nous avons montrer que les neurones d’hippocampes et de cervelet forment des synapses fonctionnelles an l’absence de cellules gliales, alors qu’elles sont nécessaires au développement des synapses des CGR. En effet, en présence de glie l’incidence et la fréquence de l’activité synaptique miniature des CGR est drastiquement augmentée. Par ailleurs, les cellules gliales induisent la maturation et/ou la fonctionnalité des synapses excitatrices. En effet, en présence de glie la taille des courants synaptiques spontanées est augmentée pour les trois types neuronaux et celle des courants synaptiques miniatures ne l’est que pour les neurones d’hippocampe et les CGR. Les courants synaptiques inhibiteurs ne sont pas affectés par la glie. De plus, nous avons également étudié si la glie est nécessaire aux neurones d’hippocampe pour ajuster leur excitabilité synaptique suite à l’altération du niveau d’activité dans le réseau neuronal. Ceci ayant pour but de maintenir leur taux de décharge constant (« activity-dependant changes »). Nous avons observé que le bloquage chronique de l’activité électrique dans les neurones d’hippocampe entraine une augmentation de la fréquence et de la taille des courants synaptiques miniatures et cela uniquement en présence de glie. Ainsi, nos résultats indiquent que dans le SNC des mammifères, les cellules gliales influencent le développement et la plasticité des synapses excitatrices.

Type d'EPrint:Thèse de doctorat
Sujets:UNERA Classification UNERA > ACT Domaine d'activité UNERA > ACT-5 Santé, industrie du médicament, cosmétique
CL Classification > DDC Dewey Decimal Classification > 600 Technologie (sciences appliquées) > 610 Médecine et santé > 612 Physiologie humaine > 612.8 Neurophysiologie et physiologie sensorielle
Classification Thèses Unistra > Santé > Médecine et odontologie > 610 Médecine et santé > 612 Physiologie humaine > 612.8 Neurophysiologie et physiologie sensorielle

UNERA Classification UNERA > DISC Discipline UNERA > DISC-16 Sciences de la vie et de la santé, psychologie
Code ID:1272
Déposé le :28 Mars 2007

Administrateurs de l'archive uniquement : éditer cet enregistrement