Logo de l'E.N.T. Alsace
Thèses électroniques Service Commun de la documentation
Logo de l'Université de Strasbourg
Thèses et Mémoire de l'Université de Strasbourg

Mécanisme d’action d’un antidépresseur tricyclique dans un modèle murin de douleur neuropathique

BOHREN, Yohann (2011) Mécanisme d’action d’un antidépresseur tricyclique dans un modèle murin de douleur neuropathique. Thèses de doctorat, Université de Strasbourg.

Plein texte disponible en tant que :

PDF - Un observateur de PDF est nécessaire, comme par exemple GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
74118 Kb

Résumé

La douleur neuropathique est la conséquence d’une lésion ou d’une maladie du système somatosensoriel. Souvent réfractaire aux traitements antalgiques usuels, les recommandations cliniques mentionnent des antidépresseurs tricycliques, parmi les premières lignes de traitement de ce type de douleur. L’objectif de ce travail est d’étudier le mécanisme d’action des antidépresseurs dans le traitement de la douleur neuropathique. La douleur neuropathique est induite par la pose d’un manchon de polyéthylène autour de la branche principale du nerf sciatique chez la souris, ce qui entraîne une allodynie mécanique ipsilatérale et persistante. Dans ce modèle, un traitement prolongé par un antidépresseur supprime l’allodynie mécanique par un mécanisme recrutant les récepteurs β2-adrénergiques (β2-AR). D’une part, en réalisant des lésions noradrénergiques périphériques et/ou centrales, nous montrons que le site d’action des antidépresseurs est périphérique, principalement dans les ganglions rachidiens où les β2-AR sont détectés sur des cellules non neuronales. De plus, l’étude des modifications d’expression génique et protéique dans le ganglion rachidien révèle que l’augmentation de l’expression du TNF-α associée à la neuropathie est corrigée avec un traitement par un antidépresseur. D’autre part, en utilisant des lignées de souris déficientes pour les récepteurs opioïdes, nous avons mis en évidence que les récepteurs delta-opioïdes sont les seuls représentants de la composante opioïdergique indispensable à l’effet antiallodynique d’un antidépresseur ou d’un β2-mimétique. En conclusion, ces résultats suggèrent que l’effet antiallodynique des antidépresseurs, en traitement prolongé sur une neuropathie périphérique installée, se localise en périphérie recrutant les β2-AR des cellules non neuronales du ganglion rachidien. Cet effet mettrait en jeu des régulations d’expression génique et protéique du TNF-α ainsi que le récepteur delta-opioïdes.

Type d'EPrint:Thèse de doctorat
Discipline de la thèse / mémoire / rapport :Neurosciences
Mots-clés libres:douleur neuropathique ; antidépresseur ; récepteur β2-adrénergique ; récepteur δ-opioïde ; TNF-α ; ganglion rachidien ; système nerveux sympathique
Sujets:UNERA Classification UNERA > ACT Domaine d'activité UNERA > ACT-5 Santé, industrie du médicament, cosmétique
CL Classification > DDC Dewey Decimal Classification > 600 Technologie (sciences appliquées) > 610 Médecine et santé > 616 Maladies > 616.8 Maladies du système nerveux. Neurologie. Troubles psychiques
Classification Thèses Unistra > Santé > Médecine et odontologie > 610 Médecine et santé > 616 Maladies > 616.8 Maladies du système nerveux. Neurologie. Troubles psychiques

UNERA Classification UNERA > DISC Discipline UNERA > DISC-16 Sciences de la vie et de la santé, psychologie
Code ID:2325
Déposé le :14 Février 2012

Administrateurs de l'archive uniquement : éditer cet enregistrement