Logo de l'E.N.T. Alsace
Thèses électroniques Service Commun de la documentation
Logo de l'Université de Strasbourg
Thèses et Mémoire de l'Université de Strasbourg

Wittgenstein et l’éthique : vers une synthèse de la méta-éthique et de l’éthique substantielle

SOME, Beterbanfo Modeste (2006) Wittgenstein et l’éthique : vers une synthèse de la méta-éthique et de l’éthique substantielle. Thèses de doctorat, Université Marc Bloch.

Plein texte disponible en tant que :

PDF - Utilisateurs enregistrés uniquement - Un observateur de PDF est nécessaire, comme par exemple GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
1333 Kb

Résumé

Avec un peu de recul, je dois humblement avouer que ma rencontre avec la philosophie de Ludwig Wittgenstein, dont je me suis passionné dès les premiers instants, n’aura finalement été que le résultat d’un malentendu, qui pour avoir été entretenu tout au long des premier et deuxième cycles de mes études philosophiques, a fini par susciter en moi une conviction profonde mais erronée, que trois années de dissertation doctorale n’ont pas réussi à déraciner entièrement. En effet, je me suis surtout initié à la philosophie de Wittgenstein, à l’école des tenants d’une interprétation éthique de son œuvre philosophique. Ce qui explique que mon deuxième cycle d’études philosophiques ait donné lieu à un mémoire de philosophie sur Le silence comme indice de l’éthique et du métaphysique dans le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein , et que j’ai enclenché le troisième cycle par un mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) sur Wittgenstein ou de l’exigence éthique comme sens du philosopher . Aussi, suis-je arrivé à Strasbourg pour une thèse de philosophie sur le thème de l’exigence éthique comme sens du philosopher chez Wittgenstein, convaincu du fait qu’il est l’un des rares philosophes contemporains dont la pensée est ordonnée à la vie personnelle. Je le considérais comme une sorte de Socrate du 20ème siècle qui a traduit sa pensée dans sa vie, du moins qui s’est soucié de vivre sa pensée et de penser sa vie. Aussi, avais-je pour objectif de partir de la pensée éthique de Wittgenstein pour montrer la nécessité d’un lien entre le discours philosophique et le mode de vie du philosophe. J’estime en effet, qu’il y a un lien intrinsèque entre la pensée et la vie, entre l’être-pensée et l’être-vie, de sorte qu’il n’y a pas pour moi de sens à ‘bien penser’, si la pensée n’est pas traduite ou prolongée dans la vie concrète. Autrement dit, la pensée perd de sa qualité et de sa teneur si elle ne fait pas l’effort de se traduire dans la vie concrète. Du fait de mes convictions longtemps nourries et entretenues, la rédaction de la dissertation doctorale a été pour moi un double travail de déconstruction et de reconstruction. Comme Wittgenstein, j’ai été amené à renier d’une manière ou d’une autre mes mémoires de maîtrise et de DEA. Je dois cela, prioritairement à mon directeur de thèse qui, du fait de sa bonne connaissance de la philosophie de Wittgenstein dont il est une source de référence , s’est refusé à me suivre dans mon interprétation certes très originale de Wittgenstein, mais dont il est permis de douter de la fidélité à la pensée de l’auteur. Aussi me suis-je résolu à faire un travail modeste consistant essentiellement en une interprétation de la dimension éthique de l’œuvre philosophique de Wittgenstein par référence à sa toile de fond intellectuelle, réelle ou supposée. Eu égard aux nombreuses difficultés que j’ai rencontrées dans la rédaction de cette dissertation, et qui sont imputables à mes lectures et convictions antérieures, je ne me fais pas trop d’illusion sur la qualité de mon travail, dont je porte la responsabilité. Toutefois, je suis certain d’avoir appris, à l’école du professeur Jean-Luc Petit, à circonscrire mon champ de réflexion et à faire preuve autant que possible de précision, de clarté et de logique dans l’argumentation. Si j’y ai un peu réussi, je le dois à mon directeur de thèse que je remercie de tout cœur pour sa patience envers moi, sa disponibilité, ses pertinentes critiques, ses orientations judicieuses de mes lectures. Qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude, que j’étends aux honorables membres du jury de soutenance, dont le président et les deux professeurs examinateurs, Mme Sandra Laugier et Mme Antonia Soulez. « Je vous suis d’autant plus reconnaissant que je sais d’expérience, combien il faut d’humilité et d’abnégation, de disponibilité et de persévérance à un professeur, pour se pencher durant de longues heures sur des copies dont la qualité laisse parfois à désirer. Merci d’avoir consacré de votre temps si précieux à déchiffrer mes balbutiements, d’honorer par votre présence le jury de soutenance, et de me faire bénéficier de votre connaissance de Wittgenstein et de son œuvre philosophique ». Je tiens également à remercier mon évêque Mgr Kpièlè Jean-Baptiste SOME qui m’a donné l’opportunité de poursuivre des études supérieures. Nous étions sept à notre ordination presbytérale, et je suis le premier des trois privilégiés à qui il a été donné de faire des études supérieures. Je ne saurai jamais lui en être suffisamment reconnaissant, ainsi qu’à son successeur Mgr Der Raphaël Dabiré qui m’a encouragé et permis de prendre le temps d’achever mes études. Je m’en voudrais d'oublier le docteur Richard Brosse et l'Institut Missio Aachen qui conjointement avec Mgr Joseph Musser, vicaire général en charge des prêtres étudiants dans l’archidiocèse de Strasbourg, m’ont offert des conditions décentes d'études. Je remercie enfin Monsieur Jean-Baptiste Yoporeka Somet qui a bien voulu relire mon travail pour en éliminer certaines coquilles, ainsi que les pères Charles Wackenheim (professeur émérite de l’Université Marc Bloch) qui m’a généreusement offert des livres de philosophie pour ma recherche, et Vincent Steyert qui, tout au long de mes trois ans de séjour au presbytère saint Maurice, a toujours fait preuve de prévenance et de sympathie à mon égard. Que les uns et les autres trouvent ici l’expression des remerciements jaillis du plus profond de mon être, et que Dieu qui ne se laisse point vaincre en générosité soit la récompense de chacun et de tous.

Type d'EPrint:Thèse de doctorat
Discipline de la thèse / mémoire / rapport :Philosophie analytique. Phénoménologie
Sujets:CL Classification > DDC Dewey Decimal Classification > 100 Philosophie, parapsychologie et occultisme, psychologie > 170 Morale (éthique)
Classification Thèses Unistra > Sciences humaines et sociales > Philosophie, psychologie > 170 Morale (éthique)

UNERA Classification UNERA > DISC Discipline UNERA > DISC-5 Philosophie, éthique
Code ID:614
Déposé le :28 Novembre 2008

Administrateurs de l'archive uniquement : éditer cet enregistrement