Logo de l'E.N.T. Alsace
Thèses électroniques Service Commun de la documentation
Logo de l'Université de Strasbourg
Thèses et Mémoire de l'Université de Strasbourg

Vers une thérapie génique des amyotrophies spinales progressives : Expression de la protéine SMN dans des cellules musculaires malades.

ARNOLD, Anne-Sophie (2003) Vers une thérapie génique des amyotrophies spinales progressives : Expression de la protéine SMN dans des cellules musculaires malades. Thèses de doctorat, Université Louis Pasteur.

Plein texte disponible en tant que :

PDF - Un observateur de PDF est nécessaire, comme par exemple GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5277 Kb

Résumé

Introduction :Les amyotrophies spinales infantiles ou SMA pour spinal muscular atrophy sont des maladies neuromusculaires à transmission autosomique récessive caractérisées par une dégénérescence des motoneurones. On distingue 3 formes (SMA de type I, II ou III) classées selon la gravité de la maladie. La forme SMA I est la plus grave. Le gène responsable de la maladie est le gène SMN pour survival motor neuron, muté chez plus de 98 % des patients. Les modèles animaux de cette maladie ne sont disponibles que depuis 2000, donc nous utilisons au laboratoire un modèle d'étude in vitro constitué de cocultures hétérologues nerf-muscle. Lorsque cette structure est réalisée avec des cellules musculaires provenant de patients SMA I ou II (mais non SMA III), elle dégénère au bout de 3 semaines, alors qu'elle se maintient plus d'un an si les cellules satellites sont saines.Hypothèse : Ces observations nous ont amenés à émettre l'hypothèse d'une implication musculaire dans la pathogénie de la maladie. La dégénérescence étant due à une mutation du gène SMN, nous avons envisagé d'introduire la forme normale du gène dans des cellules malades et de suivre le comportement des cocultures suite à un tel traitement.Outils utilisés : La première étape a consisté à construire le plasmide pEGFP-C3/SMN porteur du gène SMN, cloné dans un système d'expression eucaryote Nous avons ensuite comparé différents vecteurs synthétiques de transfection afin de trouver le plus efficace mais le moins toxique pour des cellules musculaires humaines primaires. Celles-ci une fois transfectées au moyen de cet agent ont été sélectionnés au moyen du G418, puis après fusion, les myotubes résultant ont été innervés afin d'observer le comportement des cocultures.Résultats :Le plasmide pEGFP-C3/SMN a été validé par microscopie de fluorescence et confocale. Il a été utilisé pour transfecter les myoblastes humains primaires grâce au FuGENE, l'agent qui s'est révélé être le plus efficace et le moins toxique par rapport à l'Effectene et à l'ExGen 500. Après sélection des cellules transfectées, fusion et innervation, les cocultures réalisées à partir de cellules musculaires issues de patients SMA I transfectées par pEGFP-C3/SMN ne dégénèrent pas, et se comportent comme des cocultures témoins. Ce fait est confirmé par des dosages à l'annexine V des microparticules apoptotiques relarguées par les cocultures. Si le plasmide utilisé est le pEGFP-C3 seul, les cocultures se comportent comme des cocultures malades.Un autre aspect de ce sujet a consisté à étudier l'installation de la jonction neuromusculaire chez les cellules musculaires malades, et plus particulièrement les étapes les plus précoces de ce phénomène. En effet, nous avions observé un défaut dans la fusion des cellules musculaires ainsi que dans l'agrégation des récepteurs de l'acétylcholine chez les patients SMA I. Par des expériences de liaison spécifique, nous avons mis en évidence un déficit d'expression des récepteurs de l'acétylcholine plus de dix fois moindre dans les myotubes résultant de la fusion de cellules musculaires issues de SMA I par rapport aux myotubes témoin. Cette étude a été réalisée en l'absence de tout composant nerveux.Conclusion :Cette étude prouve d'abord que la SMA n'est pas uniquement une maladie du motoneurone, comme ce qui était admis depuis très longtemps, mais que le muscle joue un rôle très important dans la pathogénie. Et surtout, nous ouvrons la voie à de très nombreuses perspectives thérapeutiques à visée musculaire, ce tissu étant beaucoup plus accessible que le système nerveux.

Type d'EPrint:Thèse de doctorat
Sujets:CL Classification > DDC Dewey Decimal Classification > 500 Sciences de la nature et mathématiques > 570 Sciences de la vie. Biologie. Biochimie > 573 Anatomie, histologie et physiologie animales > 573.7 Squelette et muscles. Appareil locomoteur
Classification Thèses Unistra > Santé > Sciences de la vie, biologie, biochimie > 570 Sciences de la vie. Biologie. Biochimie > 573 Anatomie, histologie et physiologie animales > 573.7 Squelette et muscles. Appareil locomoteur

UNERA Classification UNERA > ACT Domaine d'activité UNERA > ACT-5 Santé, industrie du médicament, cosmétique
UNERA Classification UNERA > DISC Discipline UNERA > DISC-16 Sciences de la vie et de la santé, psychologie
Code ID:901
Déposé le :18 Février 2005

Administrateurs de l'archive uniquement : éditer cet enregistrement